SOMME-VESLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SOMME-VESLE

Message  Admin le Dim 5 Déc - 0:42


Lu dans L'Union du Dimanche 28 Novembre 2010,
sous la plume d'André ROUVIER,
Messe clandestine au Pont de SOMME-VESLE :


André ROUVIER, écrivain de talent, a exercé son métier d'instituteur à Somme-Vesle. Bien que méridional, il s'est passionné pour le village de sa première affectation, s'y est marié et a, depuis, écrit sur les lieux des ouvrages modestes mais d'un grand réalisme.
Sa plume fait revivre ce lieu d'histoire, aujourd'hui détruit que fût le relais de Pont de Somme-Vesle. Ses lecteurs sont plongés dans l'ambiance dans laquelle ont vécu les habitants à l'époque. En se fondant sur des textes, il laisse son imagination mettre en scène des épisodes de la période révolutionnaire le long de cet axe qui va de Paris à l'est du pays. L'un d'entre eux évoque une messe qui aurait bien pu y être dite par un prêtre réfractaire.

Porte arrière dérobée
Dans son ouvrage, il décrit « la masse sombre » du relais en bordure de la route royale de Paris à Metz, « avec un grand portail ouvert éclairé de deux lanternes fumeuses », accès qu'il croquera d'un dessin précis sur sa page terminale. Rappelant l'heure tardive à laquelle va se dérouler la scène, il annonce l'arrivée de la Malle-poste aux environs de minuit sur le trajet Somme Vesle-Châlons. Sur ce véhicule, il faudra changer les quatre chevaux en un temps record mais réglementaire de deux minutes.
Le récit suit alors la progression prudente de six personnes qui traversent la chaussée et contournent l'édifice. Belle occasion pour en faire une description, les écuries, les granges à foin, la cour entièrement close, comme dans toutes les grandes fermes de Champagne de l'époque. Et enfin l'accès discret par une petite porte arrière dérobée.
Là, le guide de la petite caravane va frapper sept fois, puis s'effacer pour laisse passer la vedette, un homme vêtu de noir, enveloppé dans une pèlerine qui, entrouverte, va montrer le vêtement : « une culotte noire et des bas, comme les clercs de l'Ancien régime ».

Prêtre réfractaire
C'est l'Abbé Musart, l'ancien curé du village, désormais prêtre réfractaire, car il n'a pas prêté serment à la Constitution, refuse de repartir en émigration et se cache au village, dans une soupente à Somme-Vesle chez des amis.
L'homme vient, au péril de sa vie, célébrer une messe chez le Maître Bouquant et sa famille. En fait, ce sont les femmes de cette famille qui se réjouissent.
Le maître du relais, quant à lui, bougonne. Une pièce du premier étage, débarrassée pour l'occasion, se transforme en chapelle. La cérémonie commence, empreinte de gravité et de ferveur. Mais voici que la malle-poste de Strasbourg arrive avec, pour escorte, une troupe chargée de veiller sur le représentant du peuple en mission. Il faut, à la hâte, interrompre la messe. Quelques participantes s'éclipsent. Le curé termine quand même la cérémonie et s'enfuit à son tour, après avoir béni la maîtresse de maison et ses filles. Pour cette fois, l'abbé s'en sort bien.
Mais André Rouvier raconte qu'il sera dénoncé, quelques années plus tard, du côté de Somme-Suippe, et mourra guillotiné.




Admin
Admin

Messages : 1792
Date d'inscription : 17/04/2008
Age : 49
Localisation : Reims - Marne - France

Voir le profil de l'utilisateur http://patrimoine51.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum